La journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail

La journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail

Célébrée le 28 avril, la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail promeut la prévention des accidents et maladies professionnels dans le monde entier. Cette journée, marque également la Journée internationale de commémoration des travailleuses et des travailleurs morts ou blessés au travail, célébrée à l’échelle mondiale depuis 1996 à l’initiative du mouvement syndical. 

Le 28 avril offre l’occasion d’attirer l’attention de l’opinion internationale sur les questions de sécurité et de santé professionnelles parmi les syndicats, les organisations patronales et les représentants du gouvernement.

Cette année 2021, le thème principal est : Anticiper, se préparer et répondre aux crises – Investir Maintenant dans des Systèmes de Sécurité et Santé au Travail (SST) Résilients.

La pandémie de COVID-19 a conduit les gouvernements, les employeurs, les travailleurs et l’ensemble de la population à relever des défis sans précédent liés au virus SARS-CoV-2 et à ses nombreux effets sur le monde du travail.

La Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail sera axée sur des stratégies de renforcement des systèmes nationaux de sécurité et de santé au travail (SST) visant à accroître la résilience, pour faire face aux crises actuelles et futures, en mettant à profit les leçons tirées et l’expérience acquise dans le monde du travail.

Depuis qu’elle s’est transformée en crise mondiale début 2020, la pandémie de COVID-19 a eu de profondes répercussions, partout. Elle a touché presque tous les aspects du monde du travail, avec le risque de transmission du virus sur les lieux de travail et l’émergence de risques pour la sécurité et la santé au travail (SST) résultant des mesures prises pour limiter la propagation du virus. L’adoption de nouvelles modalités de travail, telles que le recours généralisé au télétravail, offre par exemple de nombreuses possibilités aux travailleurs mais s’accompagne aussi de risques potentiels en matière de SST, notamment de risques psychosociaux et en particulier de violences.

Compte tenu des conditions actuelles, le ministère du travail, de l’emploi et de l’insertion incite toujours sur l’importance de la continuité des formations professionnelles dans le respect total des mesures sanitaires. En effet, cette situation a engendré plusieurs changements au niveau des planifications des formations comme au niveau de leur application. Les organismes de formation se sont mobilisés pour adapter les contenus de formation et favoriser le distanciel sous plusieurs formats (E-learning, Blended learning et les classes virtuels). Ces changements participent à la maitrise de la pandémie et maintiennent la sensibilisation des professionnels dans le domaine de la sécurité et la santé au travail.

En tant qu’Organisme de formation, PROINSEC agit depuis le début de la pandémie en sa qualité d’acteur de la prévention et a adapté ses formations pour assurer la sécurité de ses clients.

Nous avons créé plusieurs prestations pour accompagner les collaborateurs et former des référents / préventeurs afin d’aider les entreprises à mettre en place les actions nécessaires tout au long de cette pandémie.

Notre accompagnement vise aussi à réduire les risques psychosociaux liés à la crise actuelle et aux conditions de travail particulières. Dans ce cadre, nous avons créé des ateliers animés à distance dans le but de traiter les nouveaux risques et problématiques imposés par le télétravail (Parentalité et télétravail par exemple).

D’après les estimations mondiales les plus récentes dont dispose le BIT, 2,78 millions de décès d’origine professionnelle, dont 2,4 millions sont liés à des maladies professionnelles, sont enregistrés chaque année. Outre l’immense souffrance que cela représente pour les travailleurs et leur famille, les coûts économiques associés sont colossaux pour les entreprises, les pays et le monde. Les pertes liées aux indemnisations, aux jours de travail perdus, aux interruptions de la production, aux formations et aux reconversions, ainsi qu’aux dépenses de santé, représentent environ 3,94 pour cent du PIB mondial.

PROINSEC et l’ensemble de ses équipes vous accompagnent dans votre démarche de prévention afin de favoriser le bien-être de vos collaborateurs et d’assurer de meilleures conditions de travail en présentiel comme à distance.

Références :

https://www.ilo.org

https://www.un.org/fr

Quelle importance représente les Safety Days pour les entreprises ?

Quelle importance représente les Safety Days pour les entreprises ?

La Journée Santé-Sécurité ou « Safety Day » est une journée organisée par l’entreprise pour le compte de ses salariés dans le but de les sensibiliser aux enjeux liés à la santé et au bien-être au travail.

Cette journée, organisée souvent sous forme d’ateliers, se caractérise par son aspect ludique et atypique qui permet de transmettre des messages de sécurité clés, dans le but de faire évoluer les comportements des salariés et ancrer la culture de la santé et de la sécurité au travail.

Cette journée de Santé et de Sécurité est une solution innovante qui permet d’attirer l’attention du personnel sur les risques liés au travail de manière participative en favorisant les échanges. De plus la journée de santé et de sécurité peut être personnalisée pour chaque entreprise puisque le contenu de l’événement est adapté à l’activité de celle-ci.

Pourquoi organiser un Safety Day ?

Le Safety Day est une excellente occasion pour l’entreprise d’accentuer les messages de prévention communiqués tout au long de l’année, mais aussi de renforcer la communication et la cohésion d’équipe grâce à une ambiance conviviale, ludique et moins formelle.

Cela met aussi en avant le travail réalisé tout au long de l’année par les équipes HSE.

Quels sont les enjeux d’un Safety Day pour l’entreprise ?

  • Développer la culture sécurité au sein de l’entreprise.
  • Améliorer le bien-être au travail.
  • Optimiser la démarche de prévention, santé et sécurité au travail.
  • Rappeler les consignes de sécurité.
  • Agir face aux coûts directs et indirects auxquels fait face votre organisation.
  • Développer la Qualité de Vie au Travail au sein de l’entreprise.

Exemples de thématiques d’animations ludiques

Devant la prise de conscience des entreprises et en tant que centre de formations, nous proposons des animations traitant de risques spécifiques à votre entreprise, mais également des ateliers permettant de travailler sur la culture sécurité de l’entreprise. Escape Game, Serious Games, jeux télévisés adaptés, conférences ou encore réalité augmentée et réalité virtuelle sont des ateliers que PROINSEC met régulièrement en place chez ses clients.

Peut-on mettre en place ces évènements malgré la crise sanitaire actuelle ?

Suivant les phases de risque liées à l’épidémie, le pays va certainement enchainer différents niveaux de vigilance jusqu’à ce que des solutions plus pérennes soient mises en place.

Afin de permettre aux entreprises de se projeter sur des évènements comme celui-ci sans risque d’annulation, nous proposons également tout un ensemble d’adaptations. Nous pouvons adapter les ateliers pour permettre de diminuer le nombre de participants regroupés au sein d’une même pièce, comme nous pouvons trouver des solutions qui permettent la mise en place d’ateliers à distance.

Quelle différence entre la Réalité Augmentée et la Réalité Virtuelle ?

Quelle différence entre la Réalité Augmentée et la Réalité Virtuelle ?

Confusion entre les deux technologies :

Nous avons toujours tendance à confondre les deux technologies à savoir la Réalité Augmentée et la Réalité virtuelle.

Certes les deux technologies ont recours à des casques de réalité, et partagent quelquefois les mêmes domaines d’activité mais elles répondent à des besoins différents et sont rarement utilisées pour atteindre les mêmes objectifs.

A titre d’illustration, Le jeu « Beat Saber » est un jeu connu en réalité virtuelle par contre le jeu « Minecraft Earth » est un jeu en réalité augmentée.

1. Définition Réalité Virtuelle

« La réalité virtuelle est l’ensemble des techniques et systèmes qui procurent à l’homme le sentiment de pénétrer dans des univers synthétiques créés sur internet » (Selon Jean Segura, spécialiste de l’imagerie de synthèse et des usages du virtuel). 

La réalité virtuelle donne la possibilité d’effectuer en temps réel un certain nombre d’actions définies par un ou plusieurs programmes informatiques et d’éprouver un certain nombre de sensations visuelles, auditives ou haptiques (des sensations par le toucher).

A. Les domaines d’application de la Réalité virtuelle

La technologie de la réalité virtuelle est utilisée dans plusieurs domaines tels que :

– Les jeux vidéo ou la téléphonie mobile ;

– Le divertissement tel que le sport ou le cinéma ;

– Le marketing et la publicité ;

– La presse ;

– La formation.

B. Cas d’application de la Réalité Virtuelle

La technologie de la Réalité Virtuelle est utilisée dans différents domaines. Prenons par exemple le domaine de l’architecture. Grâce à cette technologie, le maître d’ouvrage et le concepteur peuvent vivre la conception avant qu’elle ne soit construite. Par exemple : marcher à l’intérieur du bâtiment, considérer les encombrements, les détails, les matériaux, être capable d’apprécier la valeur des idées de conception.

Une fois à l’intérieur du monde virtuel, il est possible d’examiner les espaces de manière réaliste, et d’effectuer d’éventuels ajustements nécessaires avec une approche presque définitive.

C. La Réalité Virtuelle chez PROINSEC

Chez PROINSEC nous avons développé une expertise dans le domaine de la réalité virtuelle. Nous avons par exemple développé un projet de formation au braquage pour le groupe METRO. L’apprenant se retrouve immergé dans un magasin dans le rôle d’un caissier et doit faire face à différentes scénarios.

2. Définition Réalité Augmentée

La réalité augmentée combine le monde réel et les éléments numériques en temps réel, offre à l’utilisateur des possibilités d’interaction en temps réel, et repose généralement sur un environnement 3D.

On comprend que l’objectif de la Réalité Augmentée n’est pas de nous immerger dans une fausse réalité, mais de nous faire entrer dans la réalité, complétée par le numérique.

La Réalité Augmentée n’est autre que la réalité que nous connaissons mais, approfondie par des données virtuelles, pour compléter les éléments que nous avons en face de nous. Elle enrichit le réel avec des éléments virtuels. On peut la voir comme une lentille à travers laquelle on regarde une version « augmentée » de la réalité, avec des informations en surimpression, jusqu’à des objets 3D imaginaires qui viennent s’intégrer dans une pièce.

La réalité augmentée consiste à construire une représentation se superposant au monde réel.

Pour cela, les créateurs de réalité augmentée utilisent des coordonnées géographiques qui permettent une localisation. Des données GPS sont donc souvent utilisées auxquelles doivent être associés des éléments précisant la direction de la vision.

Généralement, les lunettes utilisées dans la réalité augmentée consistent à placer un verre transparent devant les yeux. Par exemple, il est possible de voir la météo sans entraver le champ de vision ou encore de visualiser la température et la vitesse lorsque vous faites du vélo. Les Google Glass sont l’une des paires de lunettes de réalité augmentée les plus célèbres mais leur développement est actuellement au point mort.

A. Les domaines d’application de la réalité augmentée 

La technologie de la réalité augmentée est utilisée dans plusieurs domaines tels que :

  • Le commerce et e-commerce ;
  • Les réseaux sociaux ;
  • La mode et le shopping ;
  • L’édition et la presse ;
  • La médecine et la santé ;
  • L’éducation ;
  • L’industrie.

B. Cas d’application de la Réalité Augmentée

Prenons le cas d’un technicien en mécanique qui doit vérifier l’état d’un parc de plusieurs engins.  Même s’il est assisté par une équipe il lui faudrait plusieurs semaines pour tout terminer.

Grâce à la technologie de la réalité augmentée, les engins seront dotés de capteurs qui permettront au technicien, à l’aide de lunettes de réalité augmentée, de parcourir d’un regard tout le parc d’engins en affichant par exemple les données relatives à l’état au-dessus de chaque engin.

C. La Réalité Augmentée chez PROINSEC

Nous utilisons cette technologies depuis plusieurs années dans le cadre de nos formations en sécurité incendie.

Cela nous permet de faire pratiquer les apprenants à l’intérieurs de leurs locaux pour des formations beaucoup plus personnalisées. Cela remplace idéalement l’utilisation d’un camion Unité Mobile.

Conclusion

À la différence de la réalité augmentée (qui augmente la réalité), la réalité virtuelle crée une réalité entièrement virtuelle. Cette dernière immerge l’individu dans une réalité construite de toutes pièces par ordinateur et qui n’a pas forcément de relation avec le monde réel. C’est là où réside la grande différence entre ces deux technologies.

Définition et cadre de mise en place du CSE

Définition et cadre de mise en place du CSE

Le Comité Social et Economique (CSE) est une instance dont le rôle est de représenter les salariés auprès de l’employeur. A ce titre, il est chargé de s’assurer de la prise en compte de leur intérêt dans certaines décisions de l’entreprise. Depuis 2020, le CSE a remplacé l’ensemble des institutions représentatives élues du personnel, et notamment les délégués du personnel, le comité d’entreprise et le CHSCT. En revanche, les représentants du personnel désignés, par exemple les délégués syndicaux, restent en place.

Les principales attributions du Comité Social et Economique (CSE)

1. Expression des salariés

Le CSE a pour rôle d’exprimer les intérêts des salariés afin de les prendre en compte lors des décisions relatives à la gestion et à l’évolution économique et financière de l’entreprise, à l’organisation du travail, à la formation professionnelle et aux techniques de production.

2. Organisation générale de l’entreprise

Le CSE est informé et consulté sur les questions intéressant l’organisation, la gestion et la marche générale de l’entreprise, notamment sur les points suivants :

– Mesures de nature à affecter le volume ou la structure des effectifs ;

– Modification de son organisation économique ou juridique ;

– Conditions d’emploi, de travail, notamment la durée du travail, et formation professionnelle ;

– Introduction de nouvelles technologies, tout aménagement important modifiant les conditions de santé et de sécurité ou les conditions de travail ;

– Mesures prises en vue de faciliter la mise, la remise ou le maintien au travail des accidentés du travail, des invalides de guerre, des invalides civils, des personnes atteintes de maladies

chroniques évolutives et des travailleurs handicapés, notamment sur l’aménagement des postes de travail ;

3. Santé et sécurité dans l’entreprise

A ce niveau, le CSE procède à l’analyse des risques professionnels auxquels peuvent être exposés les travailleurs, notamment les femmes enceintes, ainsi que des effets de l’exposition aux facteurs de risques professionnels mentionnés à l’article L. 4161-1 du code du travail.

Il contribue notamment à faciliter l’accès des femmes à tous les emplois, à la résolution des problèmes liés à la maternité, l’adaptation et à l’aménagement des postes de travail afin de faciliter l’accès et le maintien des personnes handicapées à tous les emplois au cours de leur vie professionnelle.

Il peut lancer toute initiative qu’il estime utile et proposer notamment des actions de prévention du harcèlement moral, du harcèlement sexuel et des agissements sexistes.

Le comité social et économique procède, à intervalles réguliers, à des inspections en matière de santé, de sécurité et des conditions de travail. Il réalise des enquêtes en matière d’accidents du travail ou de maladies professionnelles ou à caractère professionnel.

4. Inspection du travail

Lors des visites de l’agent de contrôle de l’inspection du travail, les membres de la délégation du personnel au CSE peuvent présenter leurs observations.

Membres et heures de délégation

Les effectifs de l’entreprise déterminent le nombre de membres du CSE à élire ainsi que leur nombre d’heures de délégation. Voici le tableau des seuils à respecter par les entreprises.

EffectifNb. de titulairesNb. mensuel
d’heures de délégation
Total heures
de délégation
11 à 2411010
25 à 4921020
50 à 7441872
75 à 9951995
100 à 124621126
125 à 149721147
150 à 174821168
175 à 199921189
200 à 2491022220
250 à 2991122242
300 à 3991122242
400 à 4991222264
500 à 5991324312
600 à 6991424336
700 à 7991424336
800 à 8991524360
900 à 9991624384
1000 à 12491724408
1250 à 14991824432
1500 à 17492026520
1750 à 19992126546
2000 à 22492226572
2250 à 24992326598
2500 à 27492426624
2750 à 29992426624
3000 à 32492526650
3250 à 34992526650
3500 à 37492627702
3750 à 39992627702
4000 à 42492628728
4250 à 44992728756
4500 à 47492728756
4750 à 49992828784
5000 à 52492929841
5250 à 5499­2929841
5500 à 57492929841
5750 à 59993029870
6000 à 62493129899
6250 à 64993129899
6500 à 67493129899
6750 à 69993130930
7000 à 72493230960
7250 à 74993230960
7500 à 77493231992
7750 à 799932321024
8000 à 824932321024
8250 à 849933321056
8500 à 874933321056
8750 à 899933321056
9000 à 924934321088
9250 à 949934321088
9500 à 974934321088
9750 à 999934341156
1000035341190

Les membres titulaires peuvent, chaque mois, répartir entre eux et avec les membres suppléants le crédit d’heures de délégation dont ils disposent.

La mutualisation des heures ne doit toutefois pas conduire un membre à disposer dans le mois de plus de 1.5 fois le crédit d’heures de délégation dont bénéficie un membre titulaire.

Pour mutualiser les heures de délégation, les membres titulaires du CSE doivent informer l’employeur du nombre d’heures réparties au titre de chaque mois au moins 8 jours avant la date prévue pour leur utilisation.

Cette information se fait par un document écrit précisant leur identité et le nombre d’heures mutualisées pour chacun d’eux.

Durée et renouvellement du mandat

Un membre du CSE est normalement élu pour une durée de quatre ans. Un accord collectif peut toutefois fixer une durée dérogatoire comprise entre deux et quatre ans. En revanche, un même salarié ne peut pas exercer plus de trois mandats successifs.

Cette limitation des mandats dans le temps ne s’applique toutefois pas aux entreprises de moins de 50 salariés.

Réunions

Le nombre de réunions du CSE est fixé par accord collectif, sans pouvoir être inférieur à six par an. En l’absence d’accord, le CSE se réunit au moins une fois par mois dans les entreprises de plus de 300 salariés et au moins une fois tous les deux mois dans les autres entreprises.

Les réunions du CSE rassemblent l’employeur ou son représentant et les membres de la délégation du personnel, ou à défaut leurs suppléants.

Protection

Les membres de la délégation du personnel au CSE bénéficient d’une protection contre le licenciement : ils sont salariés protégés.

Le statut de salarié protégé permet de s’assurer que le licenciement du salarié n’a pas de lien avec ses fonctions en tant que représentant du personnel. Cette protection vise notamment à le protéger d’éventuelles représailles de l’employeur.

Financement du CSE

Dans les entreprises d’au moins 50 salariés, l’employeur verse une subvention de fonctionnement au comité social et économique égal à 0,20% de la masse salariale brute (0,22 % dans les entreprises de plus de 2000 salariés).

La formation du CSE

A/Formation au fonctionnement et aux missions sociales et économiques du CSE

– Pour les entreprises de moins de 50 salariés

Aucune formation obligatoire n’est prévue dans le code du travail. Portez cependant attention à votre convention collective afin de vérifier qu’aucun accord ne stipule cette obligation ni une durée spécifique.

Cependant, notez que face à la diversité des missions des membres du CSE, il est recommandé de leur faire suivre une formation. Une formation bien menée ne génère pas nécessairement plus de revendication mais permet un travail complémentaire entre l’instance et la direction afin de favoriser un climat social serein dans l’entreprise.

– Pour les entreprises de plus de 50 salariés

Selon l’article L2315-63 du code du travail :

« Dans les entreprises d’au moins cinquante salariés, les membres titulaires du comité social et économique élus pour la première fois bénéficient, […] d’un stage de formation économique d’une durée maximale de cinq jours. Le financement de la formation est pris en charge par le comité social et économique. »

B/Formation à l’exercice de la mission santé sécurité au travail

Pour toutes les entreprises

Selon l’article L2315-18 du code du travail :

« Les membres de la délégation du personnel du comité social et économique et le référent […] bénéficient de la formation nécessaire à l’exercice de leurs missions en matière de santé, de sécurité et de conditions de travail […]. Le financement de la formation […] est pris en charge par l’employeur[…]. »

Aucune durée n’est mentionnée. C’est selon la taille et les problématiques actuelles de l’entreprise.

Par contre, la durée imposée pour toutes les entreprises ayant mis en place une commission santé sécurité et condition de travail (CSSCT) est organisée comme suit:

Selon l’article L2315-40 du code du travail :

« La formation […] des membres de la commission santé, sécurité et conditions de travail est organisée sur une durée minimale de :

• 1° Cinq jours dans les entreprises d’au moins trois cents salariés ;

• 2° Trois jours dans les entreprises de moins de trois cents salariés. »

Nos engagements et prérequis pour la reprise d’activité suite à l’épidémie COVID 19

Nos engagements et prérequis pour la reprise d’activité suite à l’épidémie COVID 19

Le dé-confinement a été amorcé il y a maintenant trois semaines et l’activité économique reprend doucement mais sûrement et nos différentes prestations également : formation, conseil, évènementiel. Aussi, afin de garantir la sécurité de tous, nos formateurs suivent des consignes strictes d’intervention.

Il est donc primordial de préparer en amont notre intervention afin de respecter les règles de sécurité de nos clients et les notre.

Nous avons donc rédigé deux documents, d’une part notre protocole sanitaire de reprise d’activité, lu et signé par chacun de nos collaborateurs et d’autre part une Charte à destination de nos clients pour garantir le respect des règles sanitaires lors de nos prestations.

C’est autour de trois objectifs que s’articulent ces deux documents :

  • Distanciation sociale ;
  • Respect des gestes barrières ;
  • Gestion des flux de personnes ;

Concernant notre protocole sanitaire, nous commençons par informer sur les notions de nettoyage et de désinfection. Nous listons ensuite les conduites à tenir en entreprise, avec notamment la mise en place de zones et sens de circulation ainsi que les différentes règles à respecter dans les pièces communes.

Lors des missions de formation et de conseil, nous avons également édicté un certain nombre de règles. Le but est de privilégier les interventions à distance, par exemple les formations en classe virtuelle et le suivi de nos modules E-Learning sur catalogue afin de faire du Blended Learning. Si cela n’est pas possible le formateur doit alors respecter des consignes strictes détaillées dans notre protocole.

Nos commerciaux sont également soumis à ce protocole : les rencontres à distances sont bien entendu à privilégier et si cela n’est pas possible ils seront soumis aux mêmes règles que nos formateurs.

Quant à notre Charte, elle repose sur neuf prérequis que nous demandons à nos clients :

La superficie de la salle mise à disposition conforme aux règles de distanciations sociales.

  1. La superficie de la salle mise à disposition conforme aux règles de distanciations sociales.
  2. Le respect du nombre de participants validé en amont.
  3. La présence d’ouvertures vers l’extérieur de type fenêtres ou portes par exemple.
  4. L’emplacement de la salle dans le bâtiment doit permettre une circulation réduite du formateur.
  5. Un accès aux sanitaires à proximité de la salle de formation.
  6. Le nombre de suffisant de masques par participant.
  7. La présence de gel hydro-alcoolique dans la salle.
  8. L’envoi du protocole sanitaire propre au client.
  9. Les moyens mis à disposition du formateur (mobilier, moyens de désinfections, moyens de marquage, etc…)

Nous avons pris du temps et du cœur à rédiger ces deux documents qui sont pour nous essentiels à la bonne reprise de l’activité. La sécurité et la santé de nos collaborateurs, et par extension de nos stagiaires, est au cœur de nos
préoccupations.

Recevoir le catalogue de formation complet

Recevoir le catalogue de formation complet

Vous allez bientôt recevoir le catalogue par e-mail

Recevoir le catalogue de formationincendie

Recevoir le catalogue de formationincendie

Vous allez bientôt recevoir le catalogue par e-mail

Recevoir le catalogue des prestations de conseil

Recevoir le catalogue des prestations de conseil

Vous allez bientôt recevoir le catalogue par e-mail

Recevoir le catalogue des ateliers de sécurité

Recevoir le catalogue des ateliers de sécurité

Vous allez bientôt recevoir le catalogue par e-mail

Recevoir le catalogue KATEO

Recevoir le catalogue KATEO

Vous allez bientôt recevoir le catalogue par e-mail

Recevoir le catalogue de formation secourisme

Recevoir le catalogue de formation secourisme

Vous allez bientôt recevoir le catalogue par e-mail

Recevoir le catalogue de formation risque électrique

Recevoir le catalogue de formation risque électrique

Vous allez bientôt recevoir le catalogue par e-mail

Recevoir le catalogue de formation santé et ergonomie

Recevoir le catalogue de formation santé et ergonomie

Vous allez bientôt recevoir le catalogue par e-mail

Recevoir le catalogue de formation risques psychosociaux et qualité de vie au travail

Recevoir le catalogue de formation risques psychosociaux et qualité de vie au travail

Vous allez bientôt recevoir le catalogue par e-mail

Recevoir le catalogue de formation management de la prévention

Recevoir le catalogue de formation management de la prévention

Vous allez bientôt recevoir le catalogue par e-mail

Recevoir le catalogue de formation de formateurs

Recevoir le catalogue de formation de formateurs

Vous allez bientôt recevoir le catalogue par e-mail

Recevoir le catalogue de formation de risque routier

Recevoir le catalogue de formation de risque routier

Vous allez bientôt recevoir le catalogue par e-mail

Recevoir le catalogue de formation de risque chimique

Recevoir le catalogue de formation de risque chimique

Vous allez bientôt recevoir le catalogue par e-mail

Recevoir le catalogue de formation de travail en hauteur

Recevoir le catalogue de formation de travail en hauteur

Vous allez bientôt recevoir le catalogue par e-mail

Recevoir le catalogue de formation de conduite d'engins

Recevoir le catalogue de formation de conduite d'engins

Vous allez bientôt recevoir le catalogue par e-mail

Recevoir le catalogue de formation de sûreté

Recevoir le catalogue de formation de sûreté

Vous allez bientôt recevoir le catalogue par e-mail

Recevoir le catalogue de formation de risques spécifiques

Recevoir le catalogue de formation de risques spécifiques

Vous allez bientôt recevoir le catalogue par e-mail